Breakfast News | 11 juillet 2022

Et maintenant Orano

L’Etat poursuit sa montée au capital des groupes français stratégiques dans le secteur de l’énergie. Après l’annonce de la renationalisation complète d’EDF la semaine dernière, il a indiqué avoir racheté 10 % du capital d’Orano (ex-Areva dans le nucléaire) à la banque Natixis (groupe BPCE) pour quelque 638 millions d’euros, ce qui lui permet d’en être désormais actionnaire à hauteur de 90 %. Début 2021, il n’en détenait que 50 % avant d’en acquérir 30 % dans l’année auprès de la Caisse des Dépôts et Consignations et Areva. Aujourd’hui, seuls deux groupes japonais (Japan Nuclear Fuel Limited et Mitsubishi Heavy Industries) demeurent au capital d’Orano à hauteur de 5 % chacun.

Au bord du chaos

Il n’y pas si longtemps, le Sri Lanka était un pays envié par son voisin indien. Depuis l’attentat jihadiste de 2019, le pays a progressivement sombré. Les recettes touristiques se sont effondrées et la pandémie a empiré la situation. Aujourd’hui, la population doit faire face à une extrême précarité : pénuries d’électricité, de carburants et de produits alimentaires avec une inflation qui atteint 50 %. Ce week-end, des milliers de Sri Lankais ont envahi le palais présidentiel après la fuite du Président Gotabaya Rajapaksa et la demeure privée du Premier ministre a été incendiée.

Nouvelles sanctions

Depuis 2020, les autorités chinoises exerçaient une répression sur les pratiques monopolistiques des géants de la tech chinois. Après une légère accalmie, cette répression reprend de la vitesse. L’antitrust chinois a annoncé hier un nouveau train de sanctions, en particulier contre Alibaba et Tencent, pour violation de règles sur la divulgation de transactions (capitalistiques notamment). Beaucoup moins élevées que les précédentes amendes (plus de 2,3 milliards de dollars pour Alibaba l’an dernier par exemple), les montants ne dépassent pas le million de dollars pour l’instant.

En fait, non…

Elon Musk veut abandonner l’acquisition de Twitter pour 44 milliards de dollars dans laquelle il s’était engagé. Ce ne sera pas chose aisée car Twitter compte mener une action en justice pour faire respecter l’accord de fusion. Les avocats de Musk mettent en avant la tromperie, notamment sur le nombre de faux comptes présents sur la plateforme. L’argument semble plutôt léger, mais peut-être Musk veut-il simplement renégocier le prix de l’acquisition à la baisse ? Dans l’accord, il en offre 54 dollars l’action Twitter. Aujourd’hui, elle vaut moins de 37 dollars…

Dans le reste de l’actualité

Le bistro de « Top Chef » affiche complet pour son ouverture.

Shinzo Abe, l’ex Premier ministre japonais, s’est fait assassiner.

Pour la première fois de son histoire, l’Eglise d’Angleterre émet pour 550 millions de livres d’obligations.

Novak Djokovic a remporté hier son septième tournoi de Wimbledon.

Calendrier macro-économique

Nothing. Nichts. Nada. Niente.

Partager l'article

dd3cb58455
/wp-admin/options-general.php?page=olc-popup-disclaimer%2Femc2pdc-admin.php
09f7243b84
6604
1
Je confirme avoir lu et compris la totalité de ces informations juridiques.
Vous devez ticker la case et cliquer sur accepter.
Accepter
Refuser
https://www.investeam-tpm.fr/
yes
1

Disclaimer

Ce site est strictement réservé aux investisseurs qualifiés tels que définis par le décret n° 2004-1019 du 28 septembre 2004 relatif au démarchage bancaire ou financier.
Les informations disponibles sur ce site le sont à titre informatif exclusivement et ne peuvent en aucun cas constituer une offre de produits et/ou de services. Elles ne peuvent donc être considérées comme une offre, une recommandation ou une sollicitation d’achat ou de vente. Ce site s’adresse aux résidents français et a pour objectif d’introduire les activités d’INVESTEAM TPM ainsi que les caractéristiques principales des produits et services.

Il est du ressort de l’investisseur d’obtenir les conseils adéquats avant toute prise de décision quant à l’existence ou non, pour les produits et services offerts, de restrictions à l’égard de certaines personnes ou dans certains pays. Aucun des produits et services décrits ne peut être proposé à un investisseur si la loi, de son pays d’origine, du pays qui lui est appliquée ou appliquée aux produits et services, le lui interdit.

L’information contenue sur le site investeam.fr n’a aucune valeur contractuelle. Avant toute prise de décision et action, INVESTEAM TPM recommande de lire attentivement les PROSPECTUS d’information et, plus généralement, tous les documents tenus à disposition du public.
Les performances passées ne constituent en aucun cas une garantie des performances futures, ni une garantie du capital investi. Le lecteur de ces informations légales doit toujours rester conscient que tout investissement peut générer des pertes.

La présence de liens hypertextes vers d’autres sites ne saurait engager la responsabilité d’INVESTEAM TPM quant à l’exactitude ou tout autre aspect relatif aux informations contenues sur ces sites.

INVESTEAM TPM s’efforce de mettre à jour les informations contenues sur le site et de corriger toutes éventuelles erreurs ou omissions dès qu’elles seront portées à sa connaissance. Toutefois, INVESTEAM TPM ne saurait garantir la complétude, la fiabilité ou la pertinence des informations ou données contenues sur le site ni que leur transmission ou transcription sur le site soit exempte de toutes erreurs ou omissions.

Par exception, le visiteur peut imprimer ou recopier des informations pour un usage strictement personnel. Tout autre usage est soumis à autorisation formelle préalable.

Conformément à la Loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les informations communiquées par le visiteur ne sont pas diffusées à des tiers. Le visiteur dispose d’un droit d’accès et de rectification relatif aux informations le concernant à l’adresse suivante : investeam@investeam.fr. Ce site de droit français est soumis aux juridictions françaises et a pour langue officielle le français.

Accepter Refuser