Kevin McCreadie,
AGF

Pourquoi le marché baissier est-il de retour ? | 18 octobre 2022 | Investissements & Marchés

Kevin McCreadie, chef de la direction et chef des investissements à AGF, fait le point sur la dernière débâcle des marchés et envisage la possibilité que les banques centrales durcissent davantage leurs mesures de lutte contre l’inflation, au cours des prochains mois.

Pourquoi les marchés boursiers chutent-ils à nouveau ?

La raison est simple : les marchés se sont redressés plus tôt cet été, pensant que l’inflation avait atteint son paroxysme et que les banques centrales n’avaient donc plus besoin de relever radicalement leurs taux. Cette impression a toutefois été définitivement écartée le mois dernier, tout d’abord par les banques centrales elles-mêmes (qui n’ont cessé de répéter aux investisseurs que la lutte contre la hausse des prix n’était pas terminée), mais aussi et surtout la semaine dernière lorsque les données du mois d’août sur l’inflation aux États-Unis, supérieures aux prévisions, ont été publiées.

En réalité, la question est maintenant de savoir si la Réserve fédérale américaine (la Fed) et les autres organismes monétaires devraient, plutôt que desserrer la vis, durcir davantage leurs mesures d’intervention. En effet, de récentes estimations montrent que le taux final de la Fed (à savoir le taux à partir duquel la Fed entamera un nouveau cycle de baisses) est passé d’environ 3,7 % à près de 4,5 %, il y a à peine un mois. Les investisseurs peuvent donc s’attendre à ce que les taux d’intérêt aux États-Unis gonflent encore de 200 points de base, par rapport aux niveaux actuels.

Pourtant, la simple ampleur de la hausse n’est peut-être pas le plus inquiétant, pour les investisseurs. Par exemple, si les taux atteignaient les 4,5 % d’ici quelques années, les consommateurs auraient le temps de revoir progressivement leurs habitudes de consommation, sans que cela ne freine nécessairement toute l’activité économique. La situation serait cependant toute autre, si la Fed décidait d’accélérer son rythme de hausses pour parvenir à un taux final en l’espace de quelques mois seulement. Les remboursements d’hypothèques et d’emprunts coûteraient alors automatiquement beaucoup plus cher et les consommateurs seraient presque contraints de faire des choix et de réduire l’ensemble de leurs dépenses.

On comprend donc pourquoi les investisseurs devraient davantage se soucier de la cadence des hausses des taux à venir, plutôt que de l’ampleur du phénomène, d’autant que nous ignorons encore l’effet qu’auront les hausses déjà annoncées par la Fed cette année sur l’économie américaine. Cette incertitude s’explique en grande partie par le décalage que l’on observe souvent entre le moment où les hausses de taux sont annoncées et celui où leur incidence sur la croissance économique commence à transparaître dans les données. Prenons l’exemple du marché du travail : bien qu’il paraisse plus solide que jamais, avec un taux de chômage situé actuellement à 3,7 %, un autre tableau commence à se dessiner, tout particulièrement dans les secteurs sensibles aux conditions économiques, notamment celui de la construction qui subit aujourd’hui des pertes d’emplois croissantes.

Dans l’ensemble, les investisseurs sont aujourd’hui confrontés à un environnement macroéconomique bien différent de celui qu’ils pensaient ou espéraient connaître, à peine quelques semaines plus tôt. Soyons toutefois clairs sur un point : il ne s’agit en aucun cas d’un problème purement américain. La même conjoncture est présente dans plusieurs autres pays et régions du globe, y compris en Europe, qui se trouve peut-être dans la situation la plus délicate de tous. En effet, la Banque centrale européenne (BCE) est non seulement contrainte de relever ses taux à une allure effrénée afin de combattre l’inflation, laquelle atteint des niveaux parmi les plus élevés au monde, mais elle doit également prendre ces mesures alors que l’économie de la région se trouve peut-être déjà en récession et qu’elle pourrait s’affaisser davantage cet hiver, compte tenu de la guerre qui fait rage en Ukraine et de l’envolée des prix du gaz naturel.

À quoi les investisseurs devraient-ils s’attendre au cours des prochaines semaines ?

Il va sans dire, j’en suis sûr, que les marchés resteront certainement en proie à une forte volatilité jusqu’à la fin de l’année. Par ailleurs, on ne peut pas exclure la possibilité d’un autre repli par rapport aux niveaux actuels, ni même celle d’une remontée conséquente, si les données se rétablissent au cours des prochains mois.

Paradoxalement, les mauvaises nouvelles économiques (faible croissance, hausse du taux de chômage) pourraient s’avérer favorables aux actions, si elles contraignent la Fed et d’autres banques centrales à repenser leur positionnement actuel et à ralentir sensiblement le rythme des hausses de taux, voire à y mettre un terme.

Certes, il faudrait pour cela que la situation s’améliore sur le plan de l’inflation, car le pire des scénarios pour les marchés consisterait à voir l’inflation persister, tandis que la croissance économique ralentit considérablement.

Dans tous les cas, il semble peu probable que les banques centrales abandonnent incessamment les hausses de taux. Elles auront certainement besoin de quelques mois de plus pour collecter des données, avant de déterminer la date de leur prochain cycle de baisses. Les investisseurs ont donc intérêt à rester prudents à court terme et à se tenir prêts à composer avec l’agitation qui ébranle les marchés jusqu’ici.

Kevin McCreadie est chef de la direction et chef des investissements de La Société de Gestion AGF Limitée. Il collabore régulièrement à Perspectives AGF.

Avertissement. Les points de vue exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et ne représentent pas nécessairement les opinions d’AGF, de ses filiales ou de ses sociétés affiliées, et ne peuvent être associés à aucun fonds ni à aucune stratégie d’investissement. Les commentaires que renferme le présent document sont fournis à titre de renseignements d’ordre général et sont fondés sur l’information disponible au 19/09/22. Ils ne devraient pas être considérés comme des conseils exhaustifs en matière de placement applicables à la situation d’une personne en particulier. Nous avons pris les mesures nécessaires pour nous assurer de l’exactitude de ces commentaires au moment de leur publication, mais cette exactitude n’est pas garantie. Les conditions du marché peuvent changer et Placements AGF n’accepte aucune responsabilité pour des décisions de placement prises par des individus et découlant de l’utilisation ou sur la foi des renseignements contenus dans ce document.
Placements AGF est un groupe de filiales en propriété exclusive de La Société de Gestion AGF Limitée, un émetteur assujetti au Canada. Les filiales de Placements AGF sont Placements AGF Inc. (PAGFI), AGF Investments America Inc. (AGFA), AGF Investments LLC (AGFUS) et AGF International Advisors Company Limited (AGFIA). AGFA et AGFUS sont inscrites aux États-Unis à titre de conseillers. PAGFI est inscrite à titre de gestionnaire de portefeuille auprès des commissions de valeurs mobilières à travers le Canada. AGFIA est réglementée par la Central Bank of Ireland et est inscrite auprès de l’Australian Securities & Investments Commission. Les filiales faisant partie de Placements AGF gèrent plusieurs mandats comprenant des actions, des titres à revenu fixe et des éléments d’actif équilibrés.
MD Le logo « AGF » est une marque déposée de La Société de Gestion AGF Limitée et est utilisé aux termes de licences.

S’abonner à nos actualités

dd3cb58455
/wp-admin/options-general.php?page=olc-popup-disclaimer%2Femc2pdc-admin.php
09f7243b84
6604
1
Je confirme avoir lu et compris la totalité de ces informations juridiques.
Vous devez ticker la case et cliquer sur accepter.
Accepter
Refuser
https://www.investeam-tpm.fr/
yes
1

Disclaimer

Ce site est strictement réservé aux investisseurs qualifiés tels que définis par le décret n° 2004-1019 du 28 septembre 2004 relatif au démarchage bancaire ou financier.
Les informations disponibles sur ce site le sont à titre informatif exclusivement et ne peuvent en aucun cas constituer une offre de produits et/ou de services. Elles ne peuvent donc être considérées comme une offre, une recommandation ou une sollicitation d’achat ou de vente. Ce site s’adresse aux résidents français et a pour objectif d’introduire les activités d’INVESTEAM TPM ainsi que les caractéristiques principales des produits et services.

Il est du ressort de l’investisseur d’obtenir les conseils adéquats avant toute prise de décision quant à l’existence ou non, pour les produits et services offerts, de restrictions à l’égard de certaines personnes ou dans certains pays. Aucun des produits et services décrits ne peut être proposé à un investisseur si la loi, de son pays d’origine, du pays qui lui est appliquée ou appliquée aux produits et services, le lui interdit.

L’information contenue sur le site investeam.fr n’a aucune valeur contractuelle. Avant toute prise de décision et action, INVESTEAM TPM recommande de lire attentivement les PROSPECTUS d’information et, plus généralement, tous les documents tenus à disposition du public.
Les performances passées ne constituent en aucun cas une garantie des performances futures, ni une garantie du capital investi. Le lecteur de ces informations légales doit toujours rester conscient que tout investissement peut générer des pertes.

La présence de liens hypertextes vers d’autres sites ne saurait engager la responsabilité d’INVESTEAM TPM quant à l’exactitude ou tout autre aspect relatif aux informations contenues sur ces sites.

INVESTEAM TPM s’efforce de mettre à jour les informations contenues sur le site et de corriger toutes éventuelles erreurs ou omissions dès qu’elles seront portées à sa connaissance. Toutefois, INVESTEAM TPM ne saurait garantir la complétude, la fiabilité ou la pertinence des informations ou données contenues sur le site ni que leur transmission ou transcription sur le site soit exempte de toutes erreurs ou omissions.

Par exception, le visiteur peut imprimer ou recopier des informations pour un usage strictement personnel. Tout autre usage est soumis à autorisation formelle préalable.

Conformément à la Loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les informations communiquées par le visiteur ne sont pas diffusées à des tiers. Le visiteur dispose d’un droit d’accès et de rectification relatif aux informations le concernant à l’adresse suivante : investeam@investeam.fr. Ce site de droit français est soumis aux juridictions françaises et a pour langue officielle le français.

Accepter Refuser