Yuko Iizuka

Economist

Shunto 2023 : les négociations de printemps prévoient des augmentations salariales de près de 3 %. |  NOVEMBRE 2022 | INVESTISSEMENTS ET MARCHÉS

  • L’attention des investisseurs se porte sur le niveau des augmentations salariales lors du Shunto 2023 (Shunto, littéralement « lutte de printemps » en japonais, fait référence aux négociations entre les syndicats et les employeurs que plusieurs milliers de syndicats conduisent simultanément au début du mois de mars sur le niveau de vie, les conditions de travail et salariales).
  • Le taux d’augmentation des salaires lors du Shunto 2022 était légèrement inférieur à 2 %. Cependant, dans un contexte de pression des prix sur le niveau de vie et de sécurisation de l’emploi, il est fort probable qu’une proportion plus importante d’entreprises accordera des hausses de salaires approchant les 3 %.
  • Des signes de changement dans l’état d’esprit déflationniste des entreprises et des ménages commencent à apparaître, nourrissant les attentes concernant le rôle du gouvernement dans l’augmentation des perspectives de croissance intérieure et de productivité.

« La dynamique des prix en hausse »

En septembre, les prix à la consommation japonais (hors produits frais) ont augmenté de 3 % en glissement annuel, soit le niveau le plus élevé depuis près de 31 ans, si l’on exclut l’impact de la hausse de la taxe sur la consommation (figure 1). Le gouverneur de la Banque du Japon (BOJ), M. Kuroda, a déclaré qu’il était nécessaire d’atteindre « l’objectif de stabilité des prix » de 2 % de manière durable et stable, accompagné d’une croissance des salaires, et qu’il était approprié de poursuivre l’assouplissement monétaire et de soutenir l’économie pour le moment.

En examinant la dynamique des prix sur laquelle la BOJ se concentre pour atteindre l’objectif de 2 %, nous notons les trois points suivants : (1) l’écart de production estimé par la BOJ s’est réduit à -0,7 % au cours du second trimestre 2022. Cette évolution est conforme aux prévisions de la BOJ selon lesquelles l’écart deviendra positif au cours du second semestre de l’exercice 2022 ; (2) Les perspectives de prix des entreprises (l’inflation attendue) étaient de +2,1 % dans trois ans et de +2 % dans cinq ans, selon l’enquête Tankan de la BOJ. C’est la première fois que les attentes à cinq ans atteignent également 2 % depuis le début de l’enquête en 2014 (toutes tailles d’entreprises et tous secteurs confondus) ; (3) la croissance des salaires n’a pas suivi le rythme de la hausse des prix, avec des salaires réels en baisse.

La question de savoir si le Japon replongera dans la déflation ou entamera un cercle vertueux d’augmentation des salaires et des prix dépend des augmentations de salaires, et nous pensons que les investisseurs devraient concentrer leur attention sur les augmentations de salaires lors du Shunto du printemps 2023.

Source : NEEDS-FinancialQUEST, ministère des Affaires intérieures et des communications.
Période : données mensuelles de Jan. 1991 à Sep. 2022.
Note : L’IPC de base (hors aliments frais) ci-dessus est l’indice corrigé des variations saisonnières.

« Quel est le taux cible de croissance des salaires ? »

Quel est le taux de croissance des salaires compatible avec la réalisation de l’objectif de prix du Japon ? Le taux de croissance des salaires nominaux (ci-après dénommé taux de croissance des salaires) peut être considéré comme le taux d’augmentation des prix plus le taux d’augmentation de la productivité du travail – car lorsque la productivité du travail augmente, la valeur ajoutée supplémentaire peut être distribuée sous forme de salaires.

Le gouvernement a fixé, dans sa stratégie de croissance, un objectif de croissance de la productivité du travail de 2 %. Cet objectif repose sur l’idée que la productivité doit être multipliée par 1,5 par rapport aux niveaux actuels d’ici 2030 afin de maintenir le niveau du PIB, tout en faisant face à la baisse de la population active japonaise et à la réduction des heures de travail liée à la réforme du style de travail qui élimine les heures supplémentaires. Étant donné que l’objectif de stabilité des prix de la BOJ est de 2 % et que l’objectif de productivité du travail du gouvernement est de 2 %, on peut en déduire que l’objectif de taux de croissance des salaires fixé par la BOJ et le gouvernement est de 4 %.

Cependant, la réalité est que la productivité du travail a peu augmenté. Selon les estimations du Centre japonais de la productivité, le taux de croissance réel de la productivité du travail (par heure travaillée) depuis 2000 jusqu’à la pandémie de Covid n’a été que de 0,8 % (figure 2). Il semble réaliste de viser un taux de croissance des salaires de 3 % en 2023, en supposant un objectif de prix de 2 % et une productivité du travail actuelle de 1 %.

Figure 2. Productivité du travail et taux d’équipement en main-d’œuvre

Source : Centre de la productivité du Japon, ministère des Finances du Japon.
Période : données annuelles de 1960 à 2019. Le taux d’équipement en main-d’œuvre a été calculé à partir de 1961.
Note : la productivité du travail indique la production par heure.
Le taux d’équipement en main-d’œuvre indique le taux de croissance moyen de chaque année fiscale.

Résultats du Shunto 2022

Le Premier ministre Kishida s’est référé à la décision du Conseil de Réalisation du Nouveau Capitalisme d’augmenter d’environ 3 % les revenus des travailleurs (tels que ceux de la petite enfance) qui sont fortement influencés par les prix officiels fixés par le gouvernement, et a déclaré qu’il s’attendait à une augmentation des salaires de plus de 3 %, niveau souhaitable pour marquer le début du nouveau capitalisme, dans les entreprises dont les performances commerciales ont retrouvé les niveaux pré-Covid.

Bien que le taux d’augmentation des salaires au printemps 2022 n’ait pas atteint 3 %, il a retrouvé les niveaux pré-Covid, soit 2,07 % selon la RENGO (la confédération des syndicats ouvriers japonais) et 2,2 % selon le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales (figure 3).

Figure 3. Taux de croissance des salaires à Shunto et IPC de base

Source : NEEDS-FinancialQUEST. Période : données annuelles de 1971 à 2022.
Note : les données 2022 de l’IPC de base sont basées sur les perspectives d’Asset Management One.

« Dans la perspective du Shunto 2023 »

La RENGO a annoncé qu’elle ferait pression, lors des négociations du printemps 2023, pour une augmentation des salaires d’environ 5 %, en raison de la hausse des prix et d’autres facteurs. C’est la première fois qu’elle demande une augmentation de 5 % depuis 1995, et la dernière fois qu’un tel niveau a été atteint – c’était en 1991, peu après l’éclatement de la bulle économique.

Même si l’objectif de 5 % semble être une manœuvre de la part de la RENGO, il sera intéressant de voir si le taux de croissance des salaires, qui stationne depuis longtemps à 2 %, atteindra effectivement les 3 % en 2023. Jusqu’au milieu des années 1990, lorsque le taux de croissance des salaires était supérieur à 3 %, ce taux était déterminé par des facteurs tels que « le recrutement et la fidélisation de la main-d’œuvre » et « le niveau du marché », en plus de « l’évolution des prix » (figure 4).

Figure 4. Facteurs choisis par les entreprises comme étant les plus importants pour déterminer les taux de révision des salaires.

Source : ministère de la Santé, du travail et de la protection sociale. Période : données annuelles de 1970 à 2021.
Note : la somme de ces trois facteurs n’est pas égale à 100 % car il existe d’autres facteurs.

Au cours des dernières années, la prise en compte du recrutement et de la fidélisation de la main-d’œuvre s’est accrue dans un contexte de déclin de la population active. En raison de la concurrence intense en matière de ressources humaines, dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, il est possible que les taux du marché mondial deviennent également plus importants.

La répartition des taux de révision salariale est inchangée depuis 2000, de nombreuses entreprises ayant des taux de révision salariale d’environ 2 %. Cependant, depuis la fin des années 2010, la proportion d’entreprises ayant un taux de révision salariale de 0 % a considérablement diminué, et la proportion d’entreprises ayant un taux de révision salariale dans la fourchette haute de 2 % à 3 % s’accroit (figure 5).

En 2023, on s’attend à ce que la proportion d’entreprises, augmentant leur taux de révision salariale à des niveaux encore plus élevés, augmente afin de maintenir le niveau de vie et de fidéliser la main-d’œuvre dans un contexte de hausse des prix.

Figure 5. Distribution des révisions salariales

Source : ministère de la Santé, du travail et de la protection sociale.
Période : données annuelles de 2001 à 2021

« L’impulsion politique est essentielle »

L’augmentation des salaires, et donc des coûts de la main-d’œuvre, signifie que les prévisions de croissance intérieure et l’augmentation de la productivité du travail sont essentielles du point de vue des entreprises.

Avec une population vieillissante et décroissante au Japon, le taux attendu de croissance intérieure (croissance économique réelle prévue pour les cinq prochaines années) est resté dans la fourchette basse de 1 % pendant plus d’une décennie, selon une enquête menée auprès des entreprises par le Bureau du Cabinet. Le gouvernement Kishida a mis l’accent, au début de son mandat, sur la distribution des revenus à la population ; depuis le milieu de cette année, il insiste également sur l’investissement et la croissance. La stratégie de croissance comprend la promotion de la science, de la technologie et de l’innovation, le soutien aux start-ups et l’investissement dans la transformation numérique (DX) et la transformation verte (GX). Dans son discours de politique générale en octobre de cette année, il a également indiqué que le gouvernement s’attacherait à attirer dans le pays des usines de production de semi-conducteurs et d’autres matériaux vitaux pour le pays.

Nous pensons que les mesures visant à augmenter le ratio d’équipement en main-d’œuvre (ratio d’équipement en capital) par le biais d’investissements dans les personnes, comme la reconversion professionnelle, et d’investissements en capital, y compris le DX, sont essentielles pour augmenter la productivité du travail. Le taux d’équipement en main-d’œuvre (i.e. l’équipement utilisé par employé) est étroitement lié à la productivité du travail (figure 2). Nous espérons qu’un cercle vertueux de hausse des salaires et des prix pourra être initié en répondant aux attentes de la croissance intérieure et en améliorant la productivité, afin de ne pas replonger dans la déflation, sans manquer cette occasion alors que les prix à la consommation ont atteint leur plus haut niveau depuis environ 31 ans. n

Avertissement.

Cette documentation a été préparée par Asset Management One Co., Ltd.

Cette documentation doit être utilisée uniquement par l’investisseur à qui elle est distribuée.

Cette documentation a pour seul but de fournir des informations et n’est pas destinée à être utilisée pour solliciter des investissements.

Cette documentation a été préparée à partir de données qu’Asset Management One Co., Ltd. a jugées fiables, y compris des données provenant de sources tierces. Toutefois, Asset Management One Co., Ltd. ne garantit ni leur exhaustivité ni leur exactitude. En outre, les données publiées ne sont qu’une indication des performances passées et ne constituent pas une garantie des performances futures.

Le contenu inclus dans cette documentation n’est actuel qu’à la date de sa préparation (4 novembre 2022) et peut être modifié sans préavis.

La propriété intellectuelle et tous les autres droits relatifs aux données publiées dans cette documentation, y compris les indices de référence, restent la propriété de l’éditeur et du concédant de licence.

dd3cb58455
/wp-admin/options-general.php?page=olc-popup-disclaimer%2Femc2pdc-admin.php
09f7243b84
6604
1
Je confirme avoir lu et compris la totalité de ces informations juridiques.
Vous devez ticker la case et cliquer sur accepter.
Accepter
Refuser
https://www.investeam-tpm.fr/
yes
1

Disclaimer

Ce site est strictement réservé aux investisseurs qualifiés tels que définis par le décret n° 2004-1019 du 28 septembre 2004 relatif au démarchage bancaire ou financier.
Les informations disponibles sur ce site le sont à titre informatif exclusivement et ne peuvent en aucun cas constituer une offre de produits et/ou de services. Elles ne peuvent donc être considérées comme une offre, une recommandation ou une sollicitation d’achat ou de vente. Ce site s’adresse aux résidents français et a pour objectif d’introduire les activités d’INVESTEAM TPM ainsi que les caractéristiques principales des produits et services.

Il est du ressort de l’investisseur d’obtenir les conseils adéquats avant toute prise de décision quant à l’existence ou non, pour les produits et services offerts, de restrictions à l’égard de certaines personnes ou dans certains pays. Aucun des produits et services décrits ne peut être proposé à un investisseur si la loi, de son pays d’origine, du pays qui lui est appliquée ou appliquée aux produits et services, le lui interdit.

L’information contenue sur le site investeam.fr n’a aucune valeur contractuelle. Avant toute prise de décision et action, INVESTEAM TPM recommande de lire attentivement les PROSPECTUS d’information et, plus généralement, tous les documents tenus à disposition du public.
Les performances passées ne constituent en aucun cas une garantie des performances futures, ni une garantie du capital investi. Le lecteur de ces informations légales doit toujours rester conscient que tout investissement peut générer des pertes.

La présence de liens hypertextes vers d’autres sites ne saurait engager la responsabilité d’INVESTEAM TPM quant à l’exactitude ou tout autre aspect relatif aux informations contenues sur ces sites.

INVESTEAM TPM s’efforce de mettre à jour les informations contenues sur le site et de corriger toutes éventuelles erreurs ou omissions dès qu’elles seront portées à sa connaissance. Toutefois, INVESTEAM TPM ne saurait garantir la complétude, la fiabilité ou la pertinence des informations ou données contenues sur le site ni que leur transmission ou transcription sur le site soit exempte de toutes erreurs ou omissions.

Par exception, le visiteur peut imprimer ou recopier des informations pour un usage strictement personnel. Tout autre usage est soumis à autorisation formelle préalable.

Conformément à la Loi du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, les informations communiquées par le visiteur ne sont pas diffusées à des tiers. Le visiteur dispose d’un droit d’accès et de rectification relatif aux informations le concernant à l’adresse suivante : investeam@investeam.fr. Ce site de droit français est soumis aux juridictions françaises et a pour langue officielle le français.

Accepter Refuser